Le numérique pour mieux servir le client, 5 freins chez nous.

utiliser le numérique pour servir le client-mc3-0

Le digital n’est pas encore une réalité pour certains responsables marketing et communication, décideurs et dirigeant des PME chez nous.

Pour beaucoup, le digital c’est avoir une page sur deux ou trois réseaux sociaux et y publier des photos de temps en temps. C’est présenté des offres (services ou produits) sur sa page et attendre patiemment que le chiffre d’affaire se fasse. Pour une autre majorité, le numérique ne peut  aider les entreprises dans l’atteinte des objectifs commerciaux chez nous car nous n’y sommes pas encore.

Pourtant, l’Afrique est un des continents qui utilisent le plus de smartphone aujourd’hui dans le monde. En plus la deuxième application mobile la plus utilisée au monde,WhatsApp, a plus d’utilisateurs dans les pays en développement. La croissance du nombre de personne connecté dans nos pays chaque année bas les records de croissance des années précédentes et de tous les pays.

Mais pourquoi les pme résistent-elles à utiliser le numérique pour mieux servir le client?

Voici cinq(5) des raisons pouvant être l’origine de ce refus observé chez les dirigeants de PME.

La difficulté des managers à faire face au changement imposé par le numérique

Certains responsables du « business developement » chez nous n’a pas connu les réseaux sociaux pendant leurs études supérieures. Ils restent donc accrocher au marketing mixte d’autre fois. Lorsque vous leur faites comprendre que cette technique à évoluer à cause du numérique, ils sont perdus.

Le mixte marketing prend en considération le prix, la place, le produit et la promotion(traditionnelle). Le prix était fixé par rapport à celui de la concurrence en suivant la méthode traditionnelle de vente.Ce qui ne prend que peu en considération le client du moment où on détermine le marché.

Ce langage est clair pour ces responsables et vous pouvez dresser un plan marketing dessus qu’ils apprécieront à sa juste valeur.

Aujourd’hui, la clientèle est réellement devenue le centre de tout commerce . Celle-ci est orientée vers les GAFA ( Google, Amazon, Facebook et Apple). Le meilleur moyen pour qu’elle vous remarque est donc d’y être présent avec des contenus pertinents aussi. Mais lorsque vous commencez à parler de la présence en ligne, de publicité organique et payante sur les réseaux sociaux vous êtes mal compris.

C’est tout simple la décision doit être prise par une personne qui a peur du changement car elle ne comprend même pas les termes que vous employez. Et comme vous ne pouvez pas lui demander d’aller se recycler, vous devriez être concret et méthodique.

  • Concret
    Cela sous entend de lui présenter des exemples chiffrés avec des résultats bien réels. Ce dernier pourra lui-même les vérifier si c’est son souhait.
    Attention cela ne veut pas dire de s’arrêter au like ou au commentaire et partages sur les réseaux sociaux. Si ils comptent dans la stratégie digitale, n’oublions pas que le point culminent de celle – ci est la conversion. C’est ce qui correspond au nombre de client réellement intéressé par une offre. A partir de là, il incombera au département de vente à les transformer en client.
  • Méthodique
    Comme on le dit souvent, la manière de faire entendre raison est à l’origine de la réussite ou de l’échec de la persuasion. Ce n’est pas nécessaire de s’attarder à des grands principes mais y aller simplement avec des étapes pour être bien suivi et compris.

Le poids de la « néo-colonisation » 

Il n’est pas question pour moi ici de faire de la politique, ce n’est pas mon rayon. Le monde a connu le numérique avec le transistor après la deuxième guerre. Malheureusement, jusqu’à présent, pas de programmes pour les élèves et étudiants sur le numérique dans nos écoles et universités. Quasiment tout est resté comme dans les années 70.

Au début des années 80, le numérique à commencer à toucher de façon remarquable les métiers . Près de 40 ans après, ce n’est plus une nouvelle pour personne et nos systèmes éducatifs en pays francophone d’Afrique ne sont même pas encore reformés dans ce sens. Pourtant nous parlons du numérique tous les jours et incitons la jeunesse à s’y orienter parce qu’elle n’a pas le choix.

Mais pourquoi le système éducatif est-il resté celui des années 70?

Tout laisse à croire que nous attendons les pays du nord pour nous indiquer que faire comme d’habitude. En Afrique francophone, si c’est la France qui serait apporteur de ce changement, c’est inquiétant. Car bien que développée comme pays, elle essaie de rattraper son retard sur les grandes nations comme la Coré du sud, le Japon, la Chine,les USA etc.

Ce n’est donc pas une bonne idée de l’attendre. Si on attend le dernier parmi les premiers, la probabilité que nous soyons dernier parmi les derniers est plus élevée. Et c’est la place que les africains francophones occupent en ce moment.

Si vous avez un enfant d’un peu plus de (2) ans dans votre entourage, vous conviendrez avec moi que les jouets que ses parents lui achètent sont de plus en plus numérique. Certains enfants sont capables d’utiliser votre téléphone et ouvrir les applications qui les intéressent comme les photos ou les vidéo à cet âge. Ils iront ensuite à l’école étudier sans ses outils et donc deviendront comme leur parent quand ces derniers étaient élèves. Quelle idée!

C’est un vrai retard et ça n’incite pas les opérateurs économiques à s’orienter sérieusement vers le digital. Les vendeurs de fournitures auront toujours à vendre la même quantité de livres et de cahiers sinon plus chaque année. Pendant ce temps, ailleurs les livres se digitalisent de plus en plus. C’est ainsi qu’ils verront toujours le digital comme réservés aux nantis ou une simple distraction et seront réfractaire à l’utiliser pleinement pour des raisons commerciales.

Compréhension de ce qu’est vraiment le numérique

Beaucoup ne comprennent carrément pas ce qu’est le numérique et pourquoi c’est avantageux de l’utiliser. Finalement qu’est ce que le numérique? Commençons par mettre au clair cette confusion entre digital et numérique avec cette vidéo.

Maintenant que nous savons que numérique égal digital, quel est son apport pour nous et notre économie. D’abord revenons sur la définition du numérique en détaillant un peu plus.

Les phénomènes physiques (taper les deux mains, courir, parler …) pour être enregistré sont représentés par analogie (une représentation approximative). Ces enregistrements posaient deux problèmes principalement, le coût de stockage était élevé à cause de l’équipement et la qualité de l’enregistrement se perdait lorsqu’il fallait réenregistrer.

Ceci est dû au fait que le nouvel enregistrement n’étant autre que la copie d’un enregistrement n’était finalement qu’une « analogie de l’analogie ». C’était le cas si vous les aviez connu, des walkman. Sinon voici une belle image d’un walkman

Sony-walkman-mc3-0

Le numérique intervient au niveau de l’enregistrement de phénomènes physiques au départ. C’est la conversion de la représentation analogiques en des 0 et 1,des binaires  qui sont stockés et recopiés à chaque fois qu’un nouvel enregistrement doit se faire. Je sais que ça fait pas mal de complication mais c’est tout. C’est ça le numérique.

Cela présente deux(2) gros avantages: le coût qui devient faible et la qualité qui s’améliore. C’est l’exemple des vidéos d’il y a 10 ans qui sont bien différentes de celle d’aujourd’hui avec une qualité en HD qui peut faire croire que l’on vit l’action.        

Voici une définition simple et banale du philosophe italien Maurizio Ferraris

L’application des principes qui marchent ailleurs en espérant les mêmes résultats.

Un autre point est celui de l’application des principes du digital marketing chez nous. C’est fait sans être adapté et c’est fatal. Le message est simple, si vous avez appris les meilleures techniques de community management, de digital marketing ou de content marketing ou de growth hacking, n’oubliez pas une chose. Vous appliquez ces techniques sur la chose la plus difficile à cerner, L’HOMME.

Celui-ci est influencé par son environnement culturel, social et économique qui agissent directement sur son comportement dans le processus d’achat. Il faut une bonne analyse avant de choisir la stratégie et l’interprétation à donner à la réponse du marché. C’est vrai il y a des grandes lignes du comportement du consommateur qui sont pareils mais attentions chaque marché a toujours sa particularité.

La mal compréhension du marketing digital

Certains amateurs lorsqu’ils entendent marketing digital se disent que c’est tout à fait inutile par simple ignorance. Si vous avez déjà discuté avec un responsable marketing et communication et qu’il vous a dit que c’est facile le marketing digital, vous comprenez bien de quoi je parle.

Il vous dira qu’il peut lui même créer une page sur les réseaux sociaux pour son entreprise et y faire les publications. Comme si le marketing numérique se résumait à ça. C’est quand vous lui parlerai du webanalytics, de référencement naturel et payant, de la méthodologie inbound etc qu’il se rend compte qu’il ne connaissait pas le sujet qu’il aborde si bien que ça.

Certains opérateurs économiques vous dirons qu’ils sont présent sur tous les réseaux comme facebook, youtube, tweeter, etc . A croire que l’important c’est d’être présent sur les réseaux sociaux et c’est tout. C’est après leur avoir expliqué qu’être présent partout peut même leur être néfaste qu’ils commencent à vous écouter.

Tout ceci est dû à la mal compréhension de ce qu’est vraiment le « digital marketing » ou marketing numérique ou digital. Alors qu’est ce que c’est finalement? Selon Marie Hilion de la Hubspot Academy , c’est l’ensemble des activités marketing déployées en ligne. Il couvre un large spectre de tactique et de contenu allant du Site web de l’entreprise aux différents aspects du branding (pub digitale, e-mailing, brochures web etc…).
Cela implique donc des objectifs, une stratégie et une analyse de celle – ci dans l’optique d’amélioration constante. Ce n’est pas de l’amateurisme, c’est du travail, c’est du boulot.

Pour Conclure, j’aurais souhaité vous dire que ces points sont les seuls mais ce n’est pas le cas. Vous en connaissez d’autres? n’hésitez pas à en parler en commentaire. Vous souhaitez que j’aborde certains points particulièrement? Faites le savoir dans les commentaires ou contactez-moi.

Le passage au numérique dans la communication et de manière générale, c’est maintenant. Nous risquons gros si nous ne nous appliquons pas à nous y arrimer.

En attendant, portez-vous bien.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *